Fresques et Trompes l'oeil

La commune du Fontanil-Cornillon est très attachée à sa politique culturelle, intimement liée à l’environnement et aux espaces publics.

Les Symboles

Au cœur du centre-village, les passants et riverains peuvent observer des silhouettes sous forme de symboles, disséminées dans l’espace public.

Réalisées par les étudiants du Lycée Professionnel Françoise Dolto du Fontanil-Cornillon et leurs professeurs, ces œuvres mettent en valeur les idées de famille, connaissance, sagesse, nature, vie, bonheur et paix.

Sont nées des silhouettes en tôles d’acier, imaginées, dessinées et réalisées en atelier par la section « travaux des métaux » du lycée. Pour les découvrir avec un autre regard, ces silhouettes sont éclairées la nuit à l’aide de leds.

La fresque de la transmission du savoir

Apprendre, transmettre des connaissances, partager des expériences… Cette fresque de 20 mètres inaugurée en juillet 2014  rue du Moulin, au cœur du centre-bourg , raconte une histoire. Celle de la transmission du savoir sous toutes ses formes, depuis le commencement jusqu’à nos jour, autour de nous et de par le monde, façonnés au gré des événements historiques et des grandes avancées sociales.

L’approche à la fois chronologique et thématique du sujet se développe sur quatre ensembles graphiques. Loin d’être une rétrospective exhaustive de toutes les formes de savoirs, cette fresque est avant tout une invitation à s’interroger sur les véritables enjeux de la transmission. 

La chapelle du palluel

La Chapelle du Palluel fut édifiée dans la propriété privée de Monsieur et Madame Pelorce au XVIIe siècle. Construite en moellons de « calcaire du Fontanil-Cornillon », elle fût à l’origine un oratoire comme ses caractéristiques architecturales l'indiquent : base carrée, porte et ouvertures en pleins cintres. Transformé en chapelle au XVIIIe siècle par les propriétaires, le bâtiment tombe peu à peu dans l’oubli et se dégrade.

En 1986, la municipalité décide de sauver ce qui peut encore l’être : la nef est ainsi réhabilitée, mais reste dépouillée. Il faudra attendre 2006 pour que Raymond Brizot, élève de Jean-Baptiste Garrigou – directeur/frequiste de l’Atelier Saint- Jean Damascène-, propose d’habiller la chapelle de fresques afin de lui rendre son caractère sacré. Trois ans plus tard, le long labeur de la quinzaine d’élèves de l’Atelier Saint-Jean Damascène, venu prêter main forte à Raymond Brizot et Jean Baptiste Garrigou, prend fin.

Les visiteurs peuvent désormais franchir le seuil de cet édifice afin d’admirer leur travail empreint de sacré et d’esthétisme.

Le mur de la salle Play Bach

Depuis plus de 25 ans, la commune du Fontanil-Cornillon met l’accent sur la culture, visible et à la portée de tous. Dans cet esprit, le mur de la salle Play Bach, rue du Rafour, a été décoré d’une fresque sur le thème de l’écriture, laissant la part belle à l’imagination.